Martin Auer: L'Étrange guerre, Histoires pour l'éducation à la paix

   
 

Le rêveur

Please share if you want to help to promote peace!

Traduit par Christian Lassalle

Relu par Rosine Chappon

Le rêveur
Le garçon bleu
Sur la planète des carottes
La peur
Encore la peur
Les étranges habitants de la planète Hortus
À l’arrivée des soldats
Les deux combattants
D'homme à homme
La grande guerre sur Mars
L'esclave
Les bons calculateurs
L'étrange guerre
Arobanai
Serpent étoilé
Les bouchons
Devant notre porte
Les deux prisonniers
La Justice
L’Argent
Histoire d'un bon roi
Rapport auprès du Conseil de l'Union des systèmes solaires
La bombe
Préface
Commentaires de l'auteur
Télécharger toutes les histoires dans un fichier imprimable
Livre d'or
Qui est le traducteur ?
Qui est l'auteur ?
Mail for Martin Auer
Licence
Creative Commons licence agreement

Il était une fois un homme qui était un rêveur. Il pensait par exemple qu'il devait bien être possible de voir à des milliers de kilomètres. Il croyait aussi possible de manger sa soupe avec une fourchette ou bien de se tenir sur la tête ou encore de vivre sans la peur.

Les gens lui disaient: "Mais ça ne va pas ! Tu n'es qu'un rêveur!". Et ils ajoutaient: "Ouvre donc les yeux et regarde les choses somme elles sont!". Et ils lui répétaient: "Il y a des lois naturelles qu'on ne peut pas changer!" .

Mais l'homme répondait: "Je ne sais pas... Il doit bien être possible de respirer sous l'eau. On doit bien pouvoir donner à manger à toute la planète. Tout le monde doit bien pouvoir apprendre ce qu'il a envie de savoir. Ce doit pourtant être possible de regarder dans son propre ventre."

Et les gens lui répondaient: "Ressaisis-toi, bon sang, c'est impossible. Tu ne peux pas dire comme ça: je le veux et hop ça arrive! Le monde est comme il est! Rien de plus!"

Lorsque l'on inventa la télévision et les rayons X, les hommes purent voir à des milliers de kilomètres et regarder dans leur ventre. Mais personne ne lui dit alors: "C'est vrai! Tu n'avais pas tout à fait tort!" . Personne ne lui dit rien non plus, quand fut découverte la plongée sous-marine et qu'on put ainsi respirer sous l'eau sans problème.

L'homme se dit alors: "Allons ! Peut-être qu'un jour on ne parlera plus de guerre!"

   
 

Des utilisateurs inscrits participent à la rédaction du contenu de ce site. Si vous remarquez toute trace d’insulte ou de spam, veuillez contacter l'auteur.